Jeanne Desparmet-Ruello

Le 22 décembre 1880, Camille Sée fait voter à l’Assemblée Nationale la loi sur la création de lycées de jeunes filles. Les grandes villes de France, une à une, décident alors de se doter d’un établissement secondaire féminin. A Lyon, le ministre de l’Instruction Publique lui-même, Jules Ferry, fait appeler Jeanne Desparmet-Ruello pour le fonder. Cette femme audacieuse, bachelière, licenciée ès sciences, accepte de relever ce double défi : créer un établissement public dans une ville très catholique, puis diriger un lycée de filles dans une société très masculine. Les obstacles sont nombreux à se dresser sur son parcours. Mais Jeanne Desparmet-Ruello, convaincue de la nécessité de donner aux filles la même instruction exigeante qu’aux garçons, entame un travail colossal et pose les fondements d’un établissement scolaire qui, sous son égide, s’impose progressivement comme l’un des lycées les plus prestigieux de la ville de Lyon : le futur lycée Edouard Herriot. C’est l’un des trois premiers lycées de jeunes filles de France.

Claire Paul est née en 1977 à Dijon. Agrégée de lettres, elle devient professeur de français à Lyon. C’est au lycée Edouard Herriot, où elle enseigne, que naît sa curiosité pour la vie et la personne de Jeanne Desparmet-Ruello, la fondatrice de l’établissement. L’enquête minutieusement menée sur elle de Bordeaux à Lyon en passant par Montpellier, révèle progressivement une femme d’exception consacrée dès la fin du XIXe siècle à l’éducation féminine et à la cause des femmes : une pionnière ! Claire Paul est par ailleurs l’auteur de trois romans.

Description

Auteur : Claire Paul

IBSN : 2957099942

www.claire-paul.com

Le 22 décembre 1880, Camille Sée fait voter à l’Assemblée Nationale la loi sur la création de lycées de jeunes filles. Les grandes villes de France, une à une, décident alors de se doter d’un établissement secondaire féminin. A Lyon, le ministre de l’Instruction Publique lui-même, Jules Ferry, fait appeler Jeanne Desparmet-Ruello pour le fonder. Cette femme audacieuse, bachelière, licenciée ès sciences, accepte de relever ce double défi : créer un établissement public dans une ville très catholique, puis diriger un lycée de filles dans une société très masculine. Les obstacles sont nombreux à se dresser sur son parcours. Mais Jeanne Desparmet-Ruello, convaincue de la nécessité de donner aux filles la même instruction exigeante qu’aux garçons, entame un travail colossal et pose les fondements d’un établissement scolaire qui, sous son égide, s’impose progressivement comme l’un des lycées les plus prestigieux de la ville de Lyon : le futur lycée Edouard Herriot. C’est l’un des trois premiers lycées de jeunes filles de France.