Un été anglais

Novembre 2009. Fabrice a cinquante-six ans et vit seul à Paris. Un soir, au retour de son travail, il trouve dans son courrier une lettre venue d’Angleterre. Tout de suite, il reconnaît l’écriture et la signature : Margaret Crown. Elle lui demande de venir toutes affaires cessantes la rejoindre à Langley Manor, dans les environs d’Oxford ; un endroit où Fabrice n’est pas retournée depuis plus de quarante ans, depuis ce mois de juillet 1968, cet été anglais.
Tout lui revient d’un coup, notamment ce jour où madame Crown a forcé la porte de son enfance pour y pénétrer par effraction ; le désir insatiable de cette femme d’âge mur, marié et mère deux enfants. Elle va emmener le jeune Fabrice dans un jeu irresponsable et inavouable où se mélangera l’amour maternel et érotique. Amante dévoreuse de jeunesse, Margaret Crown sera alors pour le jeune garçon une mère de substitution le jour et une prédatrice affamée de viande fraîche la nuit.
Un jeu aux conséquences effroyables.

Biographie de l’auteur

Marc Desaubliaux est né à Paris le 13 avril 1953. Sa carrière littéraire commence à vingt-six ans, âge auquel il commence à s’intéresser à l’écriture et la littérature. C’est en 1979 qu’il écrit « Journal du désespoir », l’histoire de Charles-Henri, seize ans, issu d’une famille de la bourgeoisie parisienne qui, habité par un besoin de dire, de parler, de hurler, ne trouve d’autre moyen que d’écrire sur un cahier d’écolier tout ce qu’il n’ose pas.

Une œuvre comme un autoportrait remarquable et sincère. Peu de temps après sa première œuvre, il fait la connaissance de Robert Sainz, directeur de publication chez un grand éditeur parisien et romancier lui-même. Il lui apprend à travailler avec méthode, à mieux écrire, pour finalement quitter le monde de l’amateurisme même si, au bout du compte, il n’acceptera pas les fiches, les plans ou les éternels «chemins de fer». En effet l’auteur travaillera toujours à partir d’une idée à laquelle il laissera toute liberté à son inspiration. Une autre rencontre sera déterminante dans son choix de devenir écrivain, celle avec Bruno Gay-Lussac, avec qui il partagera quelques conversations qui resteront gravées à jamais dans sa mémoire. « En lisant ses œuvres, je me suis toujours dit que j’aurais aimé les écrire ». Habité alors par un besoin vital d’écrire, il sera l’auteur de trois ouvrages, « La fin du parti royaliste 1889-1890 » (essai) et « Le messager » (roman historique), où il aura l’occasion d’écrire sur sa passion pour l’histoire ainsi que « Monsieur mon passé », où il s’essaie avec succès au récit. C’est à la fin de l’écriture de sa cinquième œuvre, un roman « Les caves de Saint-Louis, au début ce n’était qu’un jeu » qu’il se décidera enfin à donner un véritable élan à sa carrière.

Description

 Informations

* Édition Des auteurs des livres
* 386 pages
* 148×220 mm
* Genre : Romans
* Sous-catégories : Littérature française
* Prix : 16 euros
* ISBN : 9782957099955
Ressource
* Communique de presse
* Couverture du livre
* Contact presse
Liens
* Site officiel de l’auteur
* Page facebook

La presse en parle

« Parce que l’esprit « So British » est superbement décrit. Ambiance de l’époque, vêtements, musiques, lieux… On a l’impression d’y être, car les descriptions sont toujours bien détaillées…»
20 minutes

« L’amour entre un adolescent et une femme de 40 ans… Marc Desaubliaux explore cette hypothèse à travers le portrait sensible d’un jeune homme, aussi décalé que passionné…»
Télérama

« Le récit juste et sensible d’un amour que rien n’annonçait entre deux êtres que tout semble séparer, entre France et Grande-Bretagne à la fin des années soixante. C’est Un Été anglais, le nouveau roman de Marc Desaubliaux…»
Planète360

« Un Été anglais, non seulement parce que c’est un roman de qualité, mais aussi parce qu’il nous permet d’aller à la rencontre d’un écrivain aussi attachant que discret : Marc Desaubliaux…»
Culturefemme.com

« Marc Desaubliaux, a personnellement connu et passionnément aimé l’Angleterre qu’il décrit, tout en élégance, en subtilité. Il en propose un portrait subtil aux couleurs un peu passées, délicieusement surannées. Un régal…»
Kivupress

« Mais tout l’art de romancier de Marc Desaubliaux consiste à nous rendre cette mémoire non seulement vraisemblable, mais surtout palpable, subtile, complexe – toute en nuances…»
Le médiaa

Par le même auteur…